Bali

Pendant deux semaines nous avons parcouru cette île magique dont le charme n’est pas perturbé par le tourisme grandissant. Partout, les odeurs d’encens, les tenues traditionnelles et la gentillesse des balinais nous ont fait voyager. Nous avons aussi apprécié la côte et les îles avec au programme plongée, snorkeling et surf.

Informations

Pays : Indonésie

Capitale : Jakarta (sur l’île de Java)

Langues officielles : Balinais et indonésien

Superficie totale : 5 630 km² (120 fois plus petit que la France)

Population totale : 4 225 000 habitants

Devise : Roupiah (1 € = 15 000 Roupiahs)

Une île spéciale… Parmi tant d’autres

Bali appartient à l’Indonésie, grand territoire qui regroupe plus de 13 000 îles volcaniques (seulement 900 sont habitées de manière permanente). Située entre Java et Lombok, elle est sans doute la préférée des touristes. Bali a la particularité d’être à majorité hindoue contrairement au reste de l’Indonésie, en majorité musulmane. Les temples sont omniprésents, jusque dans les jardins des maisons et même dans les magasins ou les hôtels !

Mais qu’avons-nous fait à Bali ?

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

Carte Bali

Bali est une île assez étendue qui demande quelques heures de transport entre chaque zone d’intérêt. De plus, les bus publics sont presque inexistants et il nous a donc fallu dépendre de mini-vans touristiques.

Ubud

A peine arrivés à l’aéroport de Denpasar, nous sommes démarchés par de nombreux taxis. Nous avons de la chance, un des chauffeurs rentre chez lui à Ubud et nous fait un bon prix pour nous y emmener. Nous découvrons donc Ubud, la capitale artistique et spirituelle de Bali, située au centre de l’île.

Nous trouvons rapidement un homestay (logement chez l’habitant) charmant avec une jolie vue sur la ville et une famille balinaise très accueillante. En se promenant, nous sommes étonnés de voir que toutes les rues sont étroites et bordées de nombreux temples à l’entrée des maisons ou dans les jardins.

Astuce : Les homestays sont en général les logements les moins chers à Bali et on en trouve dans toutes les catégories de confort. N’hésitez pas à négocier les prix.

Le soir, nous assistons à un spectacle de danses et chants traditionnels au sein du palais royal. Nous sommes épatés par les costumes colorés des danseurs ainsi que leurs postures et leurs mimiques. C’est très théâtral.

Les jours suivants, nous louons un scooter pour explorer les environs d’Ubud. Nous sommes en période de mousson et les rizières sont d’un vert fluo. Les marchés alentours sont colorés et sentent bon l’encens. Nous en profitons pour y acheter des sarongs, sorte de tissus portés comme une jupe longue par les hommes et les femmes.

Astuce : Dès votre arrivée, n’hésitez pas à acheter votre sarong : il est obligatoire pour entrer dans les temples et attirera la sympathie des balinais.

Vêtus de nos nouveaux sarongs, nous visitons le temple en terrasse de Pura Kehen ainsi que le temple grotte de Goa Gadja. L’atmosphère est reposante car les temples sont mêlés à la végétation et nous croisons peu de touristes car c’est la fin d’après-midi.

Nous visitons également un des lieux les plus sacrés de Bali : la source Tirta Empul. De l’eau jaillit d’un fond sablonneux et alimente des petites fontaines alignées. Les balinais (et quelques touristes) viennent très nombreux pour se purifier dans cette eau sacrée. La coutume veut qu’après avoir déposé ses offrandes, on s’immerge dans les bassins, on s’arrose la tête tout en priant et on boit cette eau d’une pureté incroyable.

Pour clôturer en beauté notre découverte d’Ubud, nous sommes conviés à un mariage traditionnel balinais. Après s’être habillé et avoir béni toutes les offrandes, le prêtre invite les mariés à venir le rejoindre sur l’autel. Le rituel commence alors réellement : tout en priant il colle des grains de riz sur leur front, dépose un fil de coton sur leurs oreilles et noue un bandeau en feuille de palmier autour de leur tête. Pour finir, les époux se donnent mutuellement à manger. Quel honneur pour nous d’assister à tout cela.

Tulamben

Nous nous rendons ensuite au nord de l’île pour découvrir une côte un peu plus sauvage. Tulamben est notamment réputé pour ses excellents sites de plongée et de snorkeling. Malheureusement, le beau temps n’est pas au rendez-vous donc on ne profite que brièvement de la plage faite de roche volcanique noire. En revanche, notre homestay savamment négocié est digne d’un quatre étoiles et malgré la pluie, nous apprécions la terrasse couverte face à la piscine et la vue magnifique sur la mer et le volcan.

A l’aube, nous partons pour la plongée la plus réputée du coin : l’épave de l’USAT Liberty. Il s’agit d’un navire touché pendant la seconde guerre mondiale, échoué sur la plage, qui a ensuite été emporté à la mer par une coulée de lave en 1963. L’épave est intégralement colonisée par la vie aquatique. Les poissons se laissent facilement approcher car le soleil commence à peine à se lever et ils sont encore endormis ; cela va du plus petit hippocampe pygmée (environ 1cm) aux gros poissons-perroquets à bosse (environ 1m). Une belle façon de commencer la journée !

Nusa Lembongan

Après un trajet jusqu’à Sanur, nous empruntons un bateau public pour se rendre à Nusa Lembongan. Le bateau est certes moins cher que les speed boats mais en contrepartie il est bien plus lent et nous sommes chargés entre les sacs de riz, les bidons d’eau et les scooters. A cause du mauvais temps, la mer est agitée et nous nous faisons allègrement asperger d’eau de mer et de pluie. C’est folklo !

Le lendemain, le temps est plus clément et nous louons un scooter pour faire le tour de l’île, ainsi que sa voisine, Nusa Ceningan. Nous débutons par la visite des mangroves de Lembongan et des cultures d’algues destinées aux produits cosmétiques. Après le tourisme, c’est le principal revenu de l’île.

Nous traversons ensuite le petit pont suspendu qui mène à Nusa Ceningan. L’eau entre les deux îles est transparente et calme et de nombreux petits bateaux de pêche y ont jeté l’ancre. Cette île est plus paisible et moins touristique mais possède tout de même quelques luxueux resorts que nous nous faisons un plaisir de visiter.

De retour sur Nusa Lembongan, nous visitons des coins sauvages où les vagues se fendent sur de petites falaises. A part les températures, cela nous rappelle la Bretagne.

Astuce : Si votre budget le permet, dormez à Nusa Ceningan plutôt qu’à Lembongan. C’est beaucoup plus sauvage et authentique. Pour plus de commodités, si vous préférez séjourner à Nusa Lembongan, évitez Mushroom bay, littéralement envahie d’hôtels et de bateaux.

Avant de repartir à Bali, nous optons pour un tour en bateau pour faire du snorkeling. Nous commençons cette matinée par le site de Manta Bay, réputé pour y croiser des raies mantas. Plein d’espoirs, nous nous jetons à l’eau et là, à notre surprise, ce n’est pas une mais trois raies qui semblent planer, tout autour de nous. La gueule grande ouverte, elles se nourrissent allègrement de planctons, juste sous la surface de l’eau.

Après plus d’une demi-heure passée en compagnie des raies, nous enchainons avec deux autres très beaux sites de snorkeling : Crystal Bay et Mangrove Point. La diversité des poissons et des coraux est impressionnante et nous adorons barboter dans cet aquarium naturel.

Astuce : Nous vous recommandons chaudement de faire cette sortie snorkeling (on vous la proposera forcément à votre hôtel). En effet, ces sites remarquables ne sont accessibles que par bateau et on peut notamment voir des raies mantas toute l’année.

Seminyak

C’est avec grand plaisir que nous retrouvons Fabien et Su-Ling à Seminyak pour leurs quelques jours de vacances. Nous commençons la journée à la grande plage de Seminyak qui est connue pour ses belles vagues. Au programme : surf et farniente sur les transats. Ce n’est pas toujours évident de tenir debout sur la planche !

Astuce : La plage un peu au sud du resto-bar le « Kudeta » est un très bon endroit pour débuter le surf. En plus, le parking pour les scooters est surveillé et gratuit. Encore une fois, n’hésitez pas à négocier votre planche de surf ou votre transat.

En fin d’après-midi, nous nous rendons au temple de Thana Lot qui a la particularité d’être perché sur un roc au-dessus de l’eau et n’est accessible qu’à marée basse. Malgré les très nombreux touristes (ce sont les vacances du nouvel an chinois), l’endroit est très agréable au coucher du soleil.

Le lendemain, nous roulons jusqu’au point le plus au sud de Bali : Uluwatu. Nous y visitons le temple d’Uluwatu, connu pour être niché en haut d’une falaise, face à la mer. La balade est très agréable, même si une mafia de macaques chapardeurs fait sa loi au détriment de certains touristes qui se font dépouiller. Les plus chanceux d’entre eux récupèreront leurs lunettes, casquette ou même claquettes en échange de quelques biscuits donnés aux singes (ce qui ne fait qu’empirer le phénomène !).

Astuce : Curieusement, il est moins cher d’acheter ses souvenirs (après négociation bien sûr) dans les échoppes de souvenirs placées à la sortie des temples que dans les marchés ou les boutiques du centre-ville. A vous de tenter votre chance !

Nous déjeunons ensuite devant le fameux spot de surf d’Uluwatu, réputé pour être réservé aux professionnels car les grosses vagues et la présence de coraux peuvent rendre la chute douloureuse. Nous jugeons donc beaucoup moins dangereux d’observer le spectacle depuis la terrasse du restaurant.

Sur la route du retour, nous nous arrêtons au fameux Rock Bar, situé dans un luxueux hôtel. Malheureusement, à cause de notre tenue vestimentaire estivale pour un soir de nouvel an chinois, on nous refuse l’entrée du bar. Qu’à cela ne tienne, nous profitons de la merveilleuse piscine à débordement avec vue sur la mer, et tout cela gratuitement. C’est royal.

 

Astuce : N’hésitez pas vous aussi à passer les portes de l’immense hôtel Ayana à Jimbaran, que ce soit pour boire un verre au Rock Bar ou juste profiter de la piscine !

Pour terminer en beauté cette journée déjà bien remplie, nous faisons halte sur la plage de Jimbaran, connue pour ses restaurants : le soir venu, la plage se couvre de tables et chaises face à la mer où l’on peut déguster d’excellents poissons et fruits de mer face au coucher du soleil. On n’aura jamais aussi bien fêté un nouvel an chinois !

Nous passons notre dernière journée à Bali entre plage, achats de souvenirs, surf et coucher du soleil au champagne (merci Fabien et Su-Ling !). Nous lançons même des lanternes chinoises, comme veut la tradition pour la nouvelle année. En bonus, nous profitons une dernière fois des massages asiatiques : le balinais, aux huiles et plutôt doux, est parfait pour une fin de journée.

« Terima kasih Bali »!

Se traduit par « Merci Bali ».

En allant à Bali, on s’attendait à trouver une île de plages paradisiaques. En réalité, à moins de se rendre aux îles alentours, les principaux attraits de Bali restent la beauté des paysages entre volcans et rizières, et la faculté des balinais à mêler l’art et la vie. Bali émerveille le visiteur en permanence par son atmosphère unique et magique.

Ce qu’elle a aimé : Tous les petits détails qui ornent la vie des balinais (offrandes, encens, habits traditionnels), nager avec les raies à Nusa Lembongan, nos secondes retrouvailles avec les amis.

Ce qu’il a aimé : Taquiner les vagues en surf, les nombreux temples joliment décorés, parcourir l’île en toute liberté avec un scooter.

Eviter les mauvaises surprises : Quand vous changez de l’argent en dehors d’une banque, être très vigilant et recomptez systématiquement l’argent que l’on vous donne. De très nombreuses arnaques ont lieu (billets qui disparaissent au moment où l’on vous rend la monnaie ou calculette trafiquée), surtout autour de Kuta.

Insolite : A Bali vous trouverez le café le plus cher au monde (jusqu’à 300€ le kilo). Mais âmes sensibles s’abstenir : il s’agit du café luwak, récolté dans les excréments d’une civette asiatique.

Un plat qui vaut le détour : Le « babi guling » est un cochon braisé à la broche, farci de piments émincés, d’ail, de gingembre et d’épices. Servi avec du riz et des légumes, cette spécialité culinaire est la version balinaise de l’expression « tout est bon dans le cochon ».

Une musique du pays : La musique traditionnelle la plus populaire à Bali est le gamelan. C’est un orchestre où dominent les métallophones et les gongs. Les percussions sont créées par un même forgeron qui donnera donc à l’ensemble une harmonie de sons, par sa touche personnelle. LIEN

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Bali

chargement de la carte - veuillez patienter...

Bali -8.670458, 115.212629

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

De manière générale :

  • Les embouteillages peuvent être nombreux à Bali, surtout autour de Denpasar et Kuta ; le scooter est donc à privilégier pour circuler.
  • Ne pas compter sur les transports publics pour se déplacer entre les villes : peu nombreux et peu confortables, les bémos (sortes de vans) ne font que de petites distances entre deux villes principales. A moins d’avoir du temps et changer de nombreuses fois, il est préférable de prendre un minibus de tourisme.
  • Il y a tellement d’hébergements à Bali qu’il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance, même en haute saison. Mieux vaut se rendre directement sur place pour négocier car dans un même hôtel ou auberge, les chambres peuvent être de qualité très inégales.
  • Pour un meilleur taux et pas de commission, changez aux bureaux de change agréés plutôt qu’à la banque (mais attention aux arnaques, cf. « Evitez les mauvaises surprises »).
  • Un smartphone et la 3G vous seront utiles pour vous déplacer entre les villes car il y a peu de signalisation. Pour cela, nous avons choisi la SIMpathy de Telekomsel avec 2 Go et 5000 roupies de crédit pour environ 6€ et la couverture était satisfaisante.
  • En dormant dans les homestays, vous aurez une jolie chambre double avec petit déjeuner pour 8€.
  • Vous trouverez des plats à tous les prix (même européens), mais dans les Warungs (restaurants locaux) les moins chers, vous pourrez manger pour moins de 2 €.
  • Toujours avoir le sourire face aux balinais (qui vous le rendront bien).
  • Toujours avoir les épaules et les jambes couvertes quand vous entrez dans un temple ou bien portez un sarong. Ne pas se balader en maillot de bain en dehors de la plage.
  • Enlever ses chaussures en rentrant chez les balinais (parfois même dans les boutiques).
  • Le langage corporel est aussi important : utiliser toujours la main droite pour donner ou prendre quelque-chose à quelqu’un. Ne pas croiser les bras en parlant à quelqu’un (position de défi). Ne pas montrer du doigt quelqu’un. Ne pas toucher la tête d’une personne, pas même d’un enfant.

Des questions ? N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

Un grand merci à : Guillaume, Benjamin et Marie pour leurs conseils sur Bali, Su-Ling et Fabien qui nous ont rejoints pour quelques jours mémorables, Tunik et Raras pour nous avoir invités à leur mariage.