Thaïlande

Pour beaucoup d’entre nous, la Thaïlande est synonyme de jolies plages sur des îles paradisiaques et de bonne nourriture. Lors de notre séjour, nous avons en effet profité de ces bonnes choses mais pas seulement : nous avons rejoint Matthias et Meow, des amis installés à Bangkok, ainsi que Betty et Manon, la mère et la sœur de Yannick pour un passage de la nouvelle année à l’autre bout du monde…

Informations

Capitale : Bangkok

Langue officielle : Thaï

Superficie totale : 514 000 km² (à peine plus petit que la France métropolitaine)

Population totale : 66 720 000 habitants

Devise : Baht(1 € = 39,7 Bahts)

Un pays facile à visiter

Depuis notre arrivée en Asie, la Thaïlande est probablement le pays le plus facile en termes de transports en commun. Que ce soit par avion, train, bus, minivan ou bateau, il est facile de relier les 4 coins du pays. Il ne reste donc plus qu’à bien choisir les destinations à visiter !

Mais qu’avons-nous fait en Thaïlande?

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

Thailande

Koh Kood

Une fois la frontière cambodgienne passée, nous optons pour la découverte de l’île de Koh Kood, à l’est du pays. Nous choisissons cette dernière parmi les centaines d’îles du pays car elle est encore relativement préservée du tourisme de masse. Pour nous y rendre, nous passons le soir du réveillon de Noël en transit à Trat, une petite ville sur la côte où rien de spécial n’est organisé pour l’occasion. Heureusement, nous égayons nos papilles avec notre premier repas thaïlandais.

Le lendemain, après 3 heures de ferry, nous débarquons sur l’île de Koh Kood où nous trouvons rapidement un emplacement idéal pour notre tente.

Afin de mieux explorer cette île encore sauvage et luxuriante, nous louons un scooter. Ici, les journées passent agréablement vite entre cascades, forêts et plages paradisiaques.

Nous rejoignons les cascades par des sentiers parfois escarpés mais l’effort en vaut la chandelle : certaines d’entre elles possèdent des piscines naturelles (avec des sauts pour le plus grand bonheur de Yannick) et l’eau est transparente.

Lors de nos virées en scooter, nous découvrons aussi les arbres centenaires et sacrés de l’île. Ils sont vénérés par les habitants qui y déposent des offrandes. Devant l’un d’eux, nous tombons nez à nez avec une belle couleuvre arboricole d’un mètre cinquante de long. Malgré sa longueur et son poids, elle se déplace de manière agile de branche en branche.

Afin de profiter des plus belles plages de l’île, on s’invite dans les luxueux « resorts ». Nous flânons ainsi de plage en plage et restons bouche bée devant la beauté et la tranquillité des lieux.

En plus du tourisme, les habitants vivent également de la pêche. Nous partons donc visiter le typique village de pécheurs situé au sud de l’île. Il est constitué de dizaines de maisons en bois sur pilotis reliées par des passerelles précaires. Nous y rencontrons des pêcheurs souriants triant le fruit de leur pêche, réparant à la main leur bateau de bois et cuisinant des poissons frais. Quelques filets tendus dans l’eau entre les maisons font même office de garde-mangers vivants. Nous dégustons donc de délicieux produits de la mer ultra frais.

Evidemment, le tableau ne serait pas complet sans de magnifiques couchers de soleil sur la mer. Chaque soir, nous partons en quête de l’endroit parfait pour profiter du spectacle.

Chiang Mai

La bonne surprise de cette fin d’année, c’est la venue Manon et Betty, la sœur et la mère de Yannick. Après un bus de nuit, nous nous retrouvons donc tous les quatre pour le réveillon de fin d’année à Chiang Mai, dans le nord du pays. Pour l’occasion, Betty nous offre un super hôtel en ville avec piscine et notre premier massage thaïlandais. Le paradis !

Astuce : Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le massage thaïlandais n’est pas des plus doux. Pour les douillets, précisez que vous voulez un massage « soft soft » (« bao bao » en thaï) ou bien optez pour un massage aux huiles, plus tranquille que le traditionnel massage thaï.

Le soir du 31 décembre, nous improvisons une soirée en ville. Nous sommes agréablement surpris par les animations et les décorations qui égayent Chiang Mai. Sur l’une des places, de nombreux stands de restaurants ont été installés pour l’occasion, et nous dégustons des spécialités asiatiques devant un concert en plein air. Pendant la soirée, des milliers de lanternes chinoises sont lancées ; le ciel est constellé de lanternes, la vue est magique ! En revanche, notre vieil appareil photo n’a pas souhaité travailler ce soir-là (3 jours de bug non expliqué avant un retour à la normale). Cela ne nous empêche pas de savourer ce très bon moment en famille.

Chiang Mai est connu pour ses nombreux temples, ses nombreux marchés, et même le combo : des marchés dans des temples ! Nous profitons donc de nos retrouvailles pour flâner ensemble dans les stands de souvenirs, très colorés, originaux et parfois très kitsch. Nous mangeons dans les stands rue les délicieuses spécialités locales, notamment les pad thaï (nouilles sautées) et le mango sticky rice (dessert à base de riz gluant et de mangue, le tout arrosé de lait de coco).

Parmi les temples visités en centre-ville, le temple de Wat Pan Tao nous a particulièrement séduits. Avec son très beau jardin, ses bâtiments en teck et ses lampions par milliers, nous sommes subjugués devant les chants des moines qui prient sous l’arbre sacré. L’atmosphère est absolument magique.

Les quelques jours passés avec Betty et Manon sont passés beaucoup trop vite. Tandis qu’elles s’envolent vers une île du sud du pays, nous passons encore un jour à Chiang Mai. Par chance, nous rencontrons Russel, un américain qui voyage en Thaïlande et connait bien la région. Il nous propose de nous conduire à Wat Phra Doi Suthep, le temple le plus sacré du nord de la Thaïlande. Surplombant d’environ 1000 mètres la ville de Chiang Mai, le site est impressionnant et le temple grandiose. Bref, une belle journée improvisée !

Bangkok

Arrivés à la capitale, nous sommes accueillis par Meow et Matthias, un ami de France expatrié depuis 3 ans et sa copine thaïlandaise. Ils habitent un joli appartement dans la banlieue de Bangkok, qu’ils n’hésitent pas à partager avec nous. Nous profitons donc de nos amis et de la piscine tout en découvrant cette ville qui ne laisse personne indifférent. Durant notre séjour avec eux, nous sommes également initiés à la cuisine thaï, épicée mais savoureuse et variée.

Matthias joue parfaitement les guides touristiques et nous montre un Bangkok hors des sentiers battus, pour notre plus grand plaisir. Nous visitons entre autres le centre-ville avec ses centres commerciaux hors du commun et ses parcs verdoyants. Nous découvrons avec surprise que le parc de Lumpini est habité par de nombreux et paisibles varans (dont certains de plus de 2 mètres de long !).

Pour profiter au mieux de la vue sur Bangkok, nous décidons d’aller boire un verre sur l’un des grattes-ciel les plus élevés de la ville. Au 60 ème étage, le toit de l’hôtel Banyan Tree offre en effet une vue à 360° sur le centre de la ville et le coucher de soleil y est particulièrement impressionnant.

Astuce: Le bar de l’hôtel ouvre à 17h et il est rapidement pris d’assaut par les touristes à la recherche d’une jolie vue. Il ne faut donc pas arriver trop tard pour bénéficier d’une bonne place. De plus, les visiteurs doivent respecter un « dress code » sous peine d’être refusés (ou rhabillés).

La communauté chinoise est très importante à Bangkok et le Chinatown, digne de ce nom, mérite la visite. Que ce soit en journée pour faire des bonnes affaires au milieu des ruelles bondées de stands et difficilement praticables ou bien en soirée pour profiter d’un bon repas, ce quartier est un voyage à lui tout seul.

Koh Tao

La Thaïlande est réputée pour ses îles paradisiaques, en particulier pour la richesse de ses fonds marins et ses eaux turquoises. C’est l’un des meilleurs pays pour s’adonner au snorkeling (palmes, masque et tuba) ou à la plongée. En ce qui concerne la dernière pratique, l’île de Koh Tao est probablement l’endroit le moins cher du pays pour suivre des cours et progresser rapidement. Nous décidons donc de nous y arrêter une petite semaine avec pour objectif passer notre premier niveau de plongée (que l’on appelle « Open Water »).

En plus des cours théoriques et de l’examen final (en vacances?!), nous réalisons six plongées avec Mat’ notre instructeur de plongée québécois et Alexis et Ryan nos co-apprentis plongeurs. Nous apprenons à manipuler le matériel et à être à l’aise dans un environnement peu familier. Une fois les exercices sous l’eau réalisés, nous profitons du monde sous-marin et de ses beautés.

Les cours de plongée de la journée ne nous empêchent évidemment pas de profiter des soirées avec Cyrille, un belge rencontré à notre hôtel, et d’apprécier les jolis couchers de soleil aux couleurs orangées.

Une fois le niveau 1 en poche et puisque les tarifs sont bien plus avantageux qu’en France, nous décidons de continuer sur notre belle lancée (quitte à dépasser le budget prévisionnel du pays). On s’inscrit donc au niveau 2 (que l’on appelle « Advanced Open Water ») et nous enchaînons donc avec cinq nouvelles plongées. Dans ce cours, Olivier notre second instructeur nous apprend à nous repérer sous l’eau avec une boussole et à utiliser l’ordinateur de plongée. Nous découvrons également la plongée sur épave (ambiance mystique) et la plongée de nuit (ambiance lunaire). Nous terminons notre séjour avec deux plongées profondes (à 30 mètres) au large des côtes. Nous sommes alors entourés de bancs de poissons par milliers : fusiliers, barracudas, mérous… Un spectacle inoubliable!

Khao Sok

Pour varier un peu les paysages, nous poursuivons notre route dans les terres jusqu’au Parc National de Khao Sok, au nord-ouest de Phuket. Cette région est connue pour ses pics de calcaires recouverts de végétation, son lac artificiel et sa flore luxuriante.

Une fois nos sacs déposés dans notre joli petit bungalow au milieu de la nature, nous comprenons que cet endroit n’est pas idéal pour les voyageurs à petits budgets. En effet, le village touristique est excentré et entièrement constitué d’hôtels, restaurants, bars et agences de tourisme aux prix exorbitants. Nous n’avons pas d’autre choix que de chercher des alternatives. Nous choisissons donc de ne pas réserver d’activité ou de déplacement avec les agences mais d’explorer les environs par nous-mêmes.

Une des stars de la région est la rafflesia: la plus grande fleur du monde! Cette fleur n’a ni tige ni feuille donc elle se nourrit en parasitant d’autres racines. Elle peut mesurer jusqu’à 1 mètre de diamètre et peser jusqu’à 11 kg ! Sa taille n’est pas sa seule particularité puisqu’elle dégage une odeur pestilentielle (semblable à de la viande avariée) pour attirer les mouches qui la pollinisent. Elle est très rare et elle n’éclot que quelques jours durant l’année mais les guides du village nous assurent que nous sommes à la bonne période pour l’observer. Ainsi, munis d’une vague carte et plein d’espoirs, nous partons à sa recherche, seuls. Nous grimpons donc pendant plus d’une heure un chemin abrupte dans la forêt mais en haut, notre effort est récompensé par deux belles rafflesias en fleur (et d’autres en bourgeon).

Astuce : Dans le but de vous soutirer de l’argent, les agences et guides du coin vous feront croire qu’il est impossible de partir à la recherche de la rafflesia tout seul. Ce n’est pas le cas! Le petit chemin qui mène aux énormes fleurs ne se trouve qu’à 4 kilomètres du village (il faut retourner sur la route principale puis prendre à droite). Une fois dans la forêt, il n’y a qu’un chemin à monter jusqu’au bout (même pas de croisement). Si vous n’êtes pas sûr de la trouver seul, rien ne vous empêche alors de suivre un groupe de touristes avec un guide.

Le soir, nous nous baladons dans le Parc National, situé à quelques centaines de mètres du village touristique. Il s’agit en fait d’un large chemin très bien aménagé (peut-être même trop?!) au milieu de la forêt, reliant quelques petites cascades. A part les immenses bambous qui bordent le chemin, nous sommes un peu déçus du parc qui ne fait pas du tout sauvage. Nous croisons un sympathique groupe de macaques qui jouent à côté de nous (eux non plus ne sont plus trop sauvages!) puis une averse terrible nous trempe et nous force à faire demi-tour.

Le lendemain, nous louons un scooter pour sillonner les routes de campagne qui mènent jusqu’au lac. Au détour d’un chemin, nous découvrons une grotte située sous un énorme rocher de calcaire et qui abrite un temple bouddhiste.

Finalement, ce n’est qu’au bout de 60 kilomètres que nous arrivons à destination. Devant nous s’étend un immense lac artificiel d’une couleur turquoise et laiteuse. Le barrage qui le constitue nous offre un excellent point de vue sur les alentours.  Alors que nous hésitons à négocier avec un propriétaire de bateau un tour de quelques heures sur le lac, une pluie battante fait son apparition, ne nous laissant d’autre choix que de rentrer dans notre bungalow. Le trajet du retour nous vaut alors d’être intégralement trempés, même avec les imperméables.

Astuce : Pour visiter le Parc National de Khao Sok, il n’y a absolument pas besoin de guide! En effet le chemin est très large (des 4×4 y circulent) et il n’y a que très peu de chances de croiser des animaux sauvages. De la même façon, les tours opérateurs demandent des prix exorbitants pour visiter le lac. Même sans être trop baroudeur, pour éviter cela, il suffit de louer un scooter et d’aller directement à l’embarcadère pour prendre un bateau.

« Khob khun krap Pratet Thaï »!

Se traduit par « merci Thaïlande» si prononcé par un homme (pour une femme, il faut dire « Khob khun ka Pratet Thaï »).

En arrivant en Thaïlande, nous étions un peu réticents de voyager dans ce pays réputé ultra touristique. Pourtant, la Thaïlande a su nous charmer à tel point que nous y avons étendu notre voyage de quelques jours. Nous avons profité des atouts touristiques du pays, de la savoureuse cuisine thaï, des retrouvailles en famille et entre amis. Bref, que de belles surprises et de belles rencontres.

Ce qu’elle a aimé : Choisir entre les différentes îles thaïlandaises, plus paradisiaques les unes que les autres, la facilité de voyager à l’intérieur du pays, déjouer les tours opérateurs pour trouver les bons plans.

Ce qu’il a aimé : Retrouver une partie de sa famille pour passer un nouvel an mémorable à Chiang Mai, découvrir une autre facette de Bangkok avec Matthias et Moew, se perfectionner en plongée sur des sites incroyablement riches en poissons exotiques.

Eviter les mauvaises surprises : Ne faîtes pas confiance aux chauffeurs de taxi et de tuk-tuk qui ne manqueront pas de vous arnaquer si l’occasion se présente. Essayez d’avoir toujours la monnaie lorsque vous empruntez ce moyen de transport.

Insolite : La fête de l’eau ou Songkran est une fête très importante en Thaïlande. Initialement, les gens se versent mutuellement de l’eau sur l’épaule ou la main en signe de prospérité. Les manifestations publiques, elles, ont fortement évolué. Du matin au soir, tout le pays est le théâtre de batailles d’eau géantes. Un conseil: ne sortez pas sans votre pistolet à eau!

Un plat qui vaut le détour : La soupe Tom Yam est un savoureux bouillon cuisiné avec des crevettes. Le plat est épicé et riche en saveurs (citronnelle, citron vert, et sauce de poisson entre autres).

Une musique du pays : Tai Orathai est une chanteuse de musique thaï très populaire dans son pays. Pour découvrir sa voix douce dans un de ses clips, cliquez ici.

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Thaïlande

chargement de la carte - veuillez patienter...

Thaïlande 13.756331, 100.501765

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

De manière générale :

  • Les thaïlandais roulent comme des fous; en particulier les chauffeurs de mini vans.
  • Il est très facile de circuler en Thaïlande; ne pas hésiter à prendre des billets qui combinent le train ou le bus puis le ferry pour aller jusqu’aux îles.
  • Pour payer moins cher ses billets, mieux vaut les acheter directement auprès des compagnies à la gare des bus ou la station de train. A défaut, vous pouvez passer par l’une des très nombreuses agences de tourisme; dans ce cas, il faut négocier!
  • Il est très facile de trouver des stands de nourriture de rue partout dans le pays et à toutes les heures. N’hésitez pas à vous en régaler car c’est souvent très bon et assez propre.
  • La cuisine thaïlandaise peut être très relevée (parfois plus que la cuisine indienne). N’hésitez pas à signaler vos préférences en terme d’épices au moment de commander.
  • Un repas dans la rue coûte environ 1€ par personne.
  • Une chambre double dans une petite guesthouse coûte en moyenne entre 8 et 10€. Les hôtels sont plus chers et parfois les prix affichés sont hors taxe. Méfiance, donc!
  • De nombreux opérateurs de téléphonie mobile sont disponibles en Thaïlande et on peut avoir du mal à choisir. Pour notre part, nous avons opté pour le réseau AIS qui a couvert l’ensemble de notre voyage. La carte SIM avec 20 minutes de communication et Internet illimité durant un mois (1 Go à haut débit puis ensuite Internet à débit limité) coûte moins de 10€.
  • Les thaïs ont l’habitude des touristes en général. Ils peuvent apparaître un peu moins chaleureux avec les touristes au premier abord mais leur comportement change si on discute un minimum avec eux.
  • Les prix sont souvent affichés, même pour des fruits et légumes au marché. Il est cependant possible de négocier un peu (mais la marge est faible). Par contre, pour tout ce qui touche au tourisme, il faut négocier ferme et faire jouer la concurrence car il y a de plus en plus de prix abusifs.

Des questions ? N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

Un grand merci à : Meow et Matthias pour nous avoir conseillés, accueillis et montrés les bons côtés de BKK, à Manon et Betty qui nous ont rejoints à l’autre bout du monde pour passer un réveillon mémorable, à Mat et Olivier qui ont su nous transmettre leur passion pour la plongée et merci également à toutes les bonnes rencontres que nous avons pu faire lors de notre séjour.