365 Aventures

A chaque jour son aventure

Tanzanie

Second pays d’Afrique traversé, la Tanzanie nous a émerveillés par ses différentes richesses. Les parcs nationaux grandioses, la gentillesse des habitants et l’île aux milles épices de Zanzibar ont rendu ce voyage inoubliable. Cependant, la visite du pays n’a pas été de tout repos et nos aventures ont été pimentées par quelques surprises.

Informations

Capitale: Dodoma

Langues officielles: Swahili

Superficie totale : 945 087 km² (environ 1,5 fois plus grand que la France)

Population totale : 50 000 000 habitants

Devise : Shilling tanzanien (1 € = 2294 Shillings tanzaniens)

Un pays unique !

Qui n’a jamais entendu parler du plus haut sommet d’Afrique (le Kilimanjaro), des plaines à perte de vue du Serengeti, et de l’île aux épices de Zanzibar ? Ces lieux qui nous font rêver se trouvent tous en Tanzanie. Cependant, bien d’autres attraits complètent cette destination idyllique. On peut citer par exemple l’incroyable peuple Maasaï qui mène la même vie depuis des siècles (ainsi que les 130 autres tribus avec chacune leur histoire et leurs coutumes). La Tanzanie est également un des meilleurs endroits pour observer les fonds marins sur le continent africain et par-dessus tout, c’est le pays des safaris hauts de gamme !

Mais qu’avons-nous fait en Tanzanie?

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

Carte Tanzanie

Plus encore que dans les autres pays, l’argent fut le facteur limitant en Tanzanie. En effet, depuis des années, le gouvernement a choisi de développer un tourisme de luxe en imposant des droits d’entrée exorbitants dans les parcs nationaux. Cependant, nous avions pour objectif de faire un safari inoubliable dans le nord du pays. Il a donc fallu dépasser largement notre budget prévisionnel pour réaliser notre rêve.

Dar Es Salaam

Après avoir survolé le Kilimanjaro et le Mont Meru (les 2 plus hauts sommets du pays), nous atterrissons à Dar Es Salaam, l’ancienne capitale, sur la côte nord-est. C’est une ville bruyante et en effervescence permanente. Pas facile de s’y retrouver, en particulier lorsqu’on ne parle pas Swahili et qu’on est mzungu (étranger blanc). Heureusement notre couchsurfer Brian et son frère nous accueillent dès notre arrivée à l’aéroport.

Brian vit dans un quartier populaire à l’extérieur du centre-ville mais l’ambiance n’y est pas moins animée : nombreuses petites échoppes, bars, vendeurs de brochettes colorent et parfument le quartier. Brian nous explique comment, dans ce pays où un tiers de la population vit avec moins de 2$ par jour, la débrouillardise est question de survie.

Il nous accompagne également pour faire nos démarches classiques à l’arrivée de chaque pays : échange d’argent, achat de carte SIM, etc. Nous ne nous attardons pas plus dans cette grande ville néanmoins sympathique. Cependant, nous y ferons de nouveau escale en séjournant dans le quartier musulman avant d’aller à Zanzibar.

Astuce : à moins de voyager dans des hébergements de haut standing, il n’y a généralement pas de Wi-fi en Tanzanie. Il est donc fortement recommandé d’acheter une carte SIM pour son smartphone ou une clef 3G pour son ordinateur ou sa tablette. C’est très abordable et fonctionne relativement bien.

Arusha

Nous regagnons Arusha après une journée de bus. C’est en quelque sorte la capitale du tourisme en Tanzanie, car très proche de tous les parcs nationaux les plus célèbres et également des fameux Mont Meru et Kilimanjaro. Par chance, nous sommes recommandés auprès de Gérald, un guide/cuistot de la région, par l’intermédiaire d’un ami de Lyon (Hedy, ancien voisin de Yannick). Nous avons donc le privilège de loger à Shangaraï dans une famille que connaît bien Gérald. Ce charmant village à proximité d’Arusha est entouré de bananeraies où tous les habitants vous saluent dans la rue et les enfants vous sautent dans les bras. C’est un plaisir de découvrir les délices culinaires concoctés tantôt par Gérald, tantôt par nos hôtes. Leur générosité et leur accueil sont inoubliables !

Nous découvrons également le fonctionnement des transports locaux. Ici, il n’y a pas de transport public ; les habitants empruntent donc des minibus privés appelés « daladalas », tous plus bondés les uns que les autres, ou des motos-taxis appelées « bodabodas ». Nous nous amusons à tester ces deux moyens de transport pour faire les allers-retours à Arusha. Nous y négocions le safari de nos rêves : visiter en 4×4 les parcs nationaux de Tarangire, Serengeti et Ngorongoro pendant 4j.

Astuce : Plutôt que de loger à Arusha qui n’est pas très attrayante, préférer la campagne verdoyante aux alentours. Nous vous conseillons très fortement de séjourner à la petite ferme et bananeraie de Godwin et sa famille, où nous étions logés. Vous les trouverez sur AirBnB sous le nom de « Nice and lovely Tanzanian family » à Arusha. Partez également en safari avec Gérald (il peut tout organiser pour vous) et dégustez le meilleur de la cuisine tanzanienne. Il vous épatera !

Tarangire

Au départ d’Arusha, nous regagnons en quelques heures le parc national de Tarangire, dans notre 4×4 de safari (avec toit ouvrant pour une meilleure vision de la savanne). Nous sommes à peine 6 dans le grand véhicule : Floride le chauffeur, Malik le cuisinier et un couple hispano-italien, Helena et Paolo, avec qui nous avons sympathisés.

Le Tarangire est connu pour être un des meilleurs endroits pour observer des gros troupeaux d’éléphants, dans un décor ponctué de baobabs millénaires. C’est la saison sèche et les troupeaux d’éléphants, zèbres et gnous convergent tous vers les rares points d’eau. Les animaux cohabitent paisiblement (malgré la présence de grands prédateurs comme le lion et le guépard). Par contre, lors du pique-nique dans le parc, nous observons que singes et humains ne font pas toujours bon ménage : plusieurs personnes autour de nous se font chiper tout ou partie de leur déjeuner par des singes vervets et par les imposants babouins. Le premier contact avec la faune local est très animé !

Astuce : Il est préférable de visiter le parc du Tarangire à la saison sèche car la concentration des troupeaux d’éléphants vaut le détour. Moins cher que les autres grands parcs (« seulement » 45$/pp/j en 2015) et situé à 2-3h d’Arusha, ce serait dommage de s’en priver.

Nous visitons ensuite un authentique village Maasaï où nous sommes accueillis par des chants et des danses, une démonstration de leur maîtrise du feu et la découverte de leurs huttes faites de bouses de vaches et de branchages. Ils vivent de l’élevage de bétail dont ils se nourrissent exclusivement (viande, lait et sang).

Serengeti (ou une aventure dans l’aventure)

Après une nuit passée dans un campement surplombant le magnifique lac Manyara, nous continuons la route pour le Serengeti. Il s’agit du parc le plus célèbre du pays car ses grandes plaines qui s’étendent jusqu’au Kenya sont le théâtre d’une grande migration annuelle de millions de gnous et de zèbres. Nous visitons le parc en août et la majorité des troupeaux ont déjà atteint le Kenya mais de très nombreux animaux sont encore présents : lions, guépards, panthères, servals, hyènes, phacochères, gazelles, hippopotames, girafes, antilopes, buffles, éléphants et bien plus encore.

Ce spectacle époustouflant est néanmoins corsé par 5 crevaisons en 2 jours (un record !). Il a fallu changer les roues au beau milieu du parc en guettant autour de nous car parfois les lions et les hyènes n’étaient pas loin !

Le soir, nous campons au cœur du parc, sans même un enclos pour délimiter la zone. Nous avons donc le droit à la visite nocturne de buffles et de hyènes que nous croisons sur le chemin des sanitaires (situés à une cinquantaine de mètres des tentes). Yannick fait même un face à face avec 3 hyènes à la sortie de la douche. Pas rassurant !

Pour couronner le tout, un grand éléphant solitaire traverse le champ de tente, reniflant certaines d’entre elles et effrayant les campeurs qui se trouvent dedans. Nous nous réfugions donc dans le réfectoire qui est grillagé (maigre protection !) et l’observons se diriger vers nous puis se désaltérer dans la citerne d’eau plantée juste à côté. Pour une fois, les rôles sont inversés: les humains sont dans leur cage et les animaux vont en toute liberté !

La nuit dans la tente est courte (et le sommeil assez léger pour certains) car en plus des zèbres qui broutent entre les tentes, les rires de hyènes et les rugissements de lions entourent le camp.

A la sortie du Serengeti, nous crevons pour la cinquième fois au beau milieu du territoire des Maasaï : une plaine interminable et aride, avec au loin des gazelles ou des petits troupeaux de chèvres. Sans pneu disponible et sans aucun véhicule à l’horizon, nous devons patienter plus de 2 heures et demi qu’un autre 4×4 vienne à notre secours alors qu’il fait déjà nuit noire. Heureusement l’attente est ponctuée par la visite de plusieurs Maasaï qui viennent voir ce qui nous arrive. Un seul d’entre eux parle anglais et pour les autres nous nous amusons à mimer nos mésaventures.

Ngorongoro

Le Ngorongoro est un immense cratère de 20km de diamètre et 600m de profondeur (c’est même le plus grand caldera au monde) qui enferme toute la faune de la savane africaine, et notamment les fameux « Big Five » : éléphants, rhinocéros, lions, panthères et buffles. Nous campons sur le sommet du cratère où il fait bien froid et nous découvrons la vue incroyable au petit matin quand la brume se lève. Quel spectacle ! La descente en 4×4 par des petits chemins à flanc de cratère est tout aussi impressionnante. Le paysage est bien plus époustouflant que la quantité d’animaux (par rapport aux parcs précédents) mais le parc vaut largement le détour.

Zanzibar

Après un retour reposant à Arusha (où nous sommes toujours aussi bien accueillis par Gérald et Godwin), nous retournons en bus à Dar Es Salaam (10h de trajet !) puis nous prenons le ferry en direction de Zanzibar. Nous enchaînons par 2 minibus locaux bondés et après 2h de route, nous arrivons enfin à « Zeru Zeru » notre charmant petit hôtel. Nous logeons dans la péninsule Est, juste à côté des plus belles plages de l’île. Après un accueil chaleureux de Monica et d’Alberto, les maîtres des lieux, nous découvrons notre bungalow avec terrasse et coin cuisine à quelques centaines de mètres de l’océan.

Astuce : Ne pas hésiter à prendre le ferry plutôt que l’avion qui est très cher. Azam Marine vous y emmène pour 35$ en 2h et en toute sécurité, avec des liaisons pour Stone Town plusieurs fois par jour.

Astuce 2 : Les hébergements proposés par les guides touristiques sur l’île de Zanzibar sont tous onéreux (pas moins de 100$ par nuit pour 2 personnes). Nous vous conseillons donc de chercher un logement par le biais d’Airbnb.

Grâce à des vélos prêtés par l’hôtel, nous explorons les envions et notamment les plages paradisiaques de la côte Est. Sur l’une d’entre elles se trouve le restaurant « The Rock », mondialement reconnu comme l’un des endroits les plus exotiques pour déguster un repas. Ce dernier est construit sur un rocher de corail posé sur une eau turquoise. C’est spectaculaire !

Le lendemain, nous décidons de rendre visite aux colobes roux (espèce endémique) dans le seul parc national de l’île. Nous parcourons une partie de la forêt et de la mangrove accompagnés d’un guide qui nous dévoile les secrets de ces singes si mal coiffés. Pour notre plus grand plaisir, ils ne sont pas vraiment farouches et nous pouvons facilement les observer durant leur copieux petit-déjeuner.

Astuce : Comme souvent concernant les animaux sauvages, la période idéale pour les observer est soit très tôt le matin soit en fin de journée. Le reste du temps, les colobes se reposent dans les arbres et sont moins visibles.

Visiter Zanzibar sans chercher à connaître les épices qui y sont cultivées est comparable à découvrir la France sans goûter ses fromages. Autrement dit, impossible pour nous de passer à côté d’une visite de plantation d’épices.

Nous sommes émerveillés par les arômes et odeurs de toutes ces épices que nous utilisons au quotidien sans connaître leur origine; par exemple pour la cannelle, on peut utiliser les fines racines, les feuilles ou la plus connue écorce. A notre plus grand bonheur, cette visite se termine par une dégustation de noix de coco décrochées devant nos yeux ainsi qu’un délicieux repas préparé à l’aide des incontournables épices.

Après la visite des plantations, nous flânons dans les ruelles de StoneTown. Cette pittoresque ville au bord de l’océan turquoise cache des anciennes bâtisses à chaque coin de rue.

Pour clôturer en beauté notre voyage sur l’île, nous négocions auprès de pêcheurs du village une demi-journée de bateau pour explorer les récifs coralliens en masque et tuba. Nous nageons pendant plusieurs heures au milieu de bancs énormes de poissons, nous nous émerveillons face à la diversité des coraux, anémones et poissons plus colorés et plus bizarres les uns que les autres. De belles étoiles de mer sont également visibles sur les bancs de sable.

Nous clôturons cette magnifique journée par un cocktail sur la terrasse du fameux restaurant « The Rock » puis un succulent repas fait maison par nos hôtes Alberto et Monica. Décidément, le séjour à Zanzibar est passé aussi vite qu’un rêve !

 « Hakuna Matata »!

Se traduit par « Sans soucis ! »

Grâce aux différents conseils de nos amis tanzaniens, nous avons réussi à réaliser un de nos rêves : observer les animaux de la savane dans des paysages de cartes postales. En bonus, nous avons profité de l’île de Zanzibar où il fait bon vivre.

Ce qu’elle a aimé : les parcs nationaux grandioses, où l’on se croirait dans le Roi Lion, la vie champêtre chez nos hôtes à Arusha, découvrir les secrets des épices à Zanzibar.

Ce qu’il a aimé : Camper au beau milieu du parc du Serengeti entre les hyènes et les zèbres, profiter des bons petits plats maison de Gérald et de la famille de Godwin, la couleur de l’eau à Zanzibar.

Eviter les mauvaises surprises : Ne pas négliger le budget pour visiter la Tanzanie. Même si certains vols pour cette destination sont abordables, les coûts sur place et notamment ceux des safaris ne sont pas abordables du tout ! Comptez au minimum 150€ par jour et par personne pour un safari « petit budget » en camping et confort sommaire.

Un plat qui vaut le détour : les succulents poissons et fruits de mer savamment épicés à Zanzibar

Une musique du pays : Avec plus de 130 tribus, difficile de résumer le pays à une musique ! Sur la côte et Zanzibar, on retrouvera une influence arabe et indienne alors que dans les terres, des rythmes africains avec parfois des notes cubaines égayent villes et villages. Plus récemment, de nombreux artistes se font connaitre dans le reste de l’Afrique. On peut par exemple citer le rythme entraînant Togola de Sully Sykes.

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Tanzanie

chargement de la carte - veuillez patienter...

Tanzanie -6.766305, 39.195973

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

De manière générale :

  • Partir avec des sous, beaucoup de sous à dépenser, que ce soit pour faire un safari ou gravir le Kilimanjaro.
  • Pour limiter tout de même les dépenses, organiser soi-même le voyage en faisant tout de même appel à un prestataire pour le safari ou le treck mais en réservant soi-même ses hôtels et ses déplacements.
  • Les trajets en bus sont souvent longs et fatigants. Une nouvelle compagnie aérienne low cost Fastjet s’est développée et permet de circuler dans le pays à moindre coût. Elle propose également des vols internationaux vers les pays voisins alentours.
  • Soyez respectueux des peuples et des écosystèmes que vous visitez. Mesurez toujours l’impact de votre venue ! Nous vous déconseillons par exemple la plongée avec les dauphins au sud de Zanzibar où les animaux sont harcelés sans relâche.
  • Apprendre quelques mots de Swahili est indispensable. Tout le monde ne parle pas l’anglais, et vous attirerez ainsi la sympathie des habitants.
  • Globalement, les tanzaniens sont avenants et serviables. Dans les campagnes, vous serez le centre de l’attention, en particulier des enfants.
  • Malgré leur apparence peu attirante, les « daladalas » ou minibus collectifs sont relativement organisés et vous amèneront partout en ville à moindre coût.
  • L’eau n’est pas potable et acheter des bouteilles d’eau minérale sera rapidement un petit budget.
  • Dans les familles humbles ou dans les petits restaurants de rue, on mange sans couverts, avec la main droite. Il ne faut donc pas toucher la nourriture avec la main gauche qui sert aux ablutions. Cette règle est également valable pour serrer la main d’une personne.
  • Les toilettes ne sont pas toujours (voire que rarement) équipés de papier toilette. En revanche, un sceau d’eau et une écope est disponible pour se nettoyer le derrière. Si vous ne voulez pas vous plier à cette coutume, emporter vos lingettes !
  • Zanzibar est à prédominance musulmane. Autant le port du maillot sur la plage est toléré, autant en ville ou dans les villages il faut se couvrir (notamment les épaules et les jambes pour mesdames).

Des questions ? N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

Un grand merci à : Brian notre couchsurfer pour son accueil et ses conseils dès notre arrivée ; à Hedy notre ami lyonnais et Fanny la sœur de Yannick pour leurs conseils avisés et leurs recommandations ; à Gerald (le meilleur cuistot de Tanzanie) et sa merveilleuse famille qui a la joie de vivre ; à Godwin et sa « nice and lovely Tanzanian family » qui ont le plus paisible et joli AirBnB de la région ; à Helena et Paolo pour nos fous-rires et nos exaspérations pendant notre safari aux multiples aventures.

3 Commentaires

  1. Vous me faites toujours autant rêver 😉
    Bonne continuation pour la suite du voyage, des bisous xxx

  2. Magnifique article! J’hésite entre la tristesse de ne pas avoir pu vivre cette aventure merveilleuse avec vous, et le plaisir de voir que vous vous êtes ÉCLATÉS!
    Superbes photos et j’ai hâte de découvrir votre prochain article en direct de Madagascar!

    Gros bisous les voyageurs!
    Fanny

  3. Nice article from nice people and beautiful travelers, I enjoyed every moment with you here in Tanzania. Looking forward to see you next time. Travel safe.

Laisser un commentaire

© 2021 365 Aventures

Theme by Anders NorenUp ↑

Translate »