365 Aventures

A chaque jour son aventure

Inde

Du Sud, avec ses villes coloniales et ses plages de sable blanc, au Nord, avec ses villes aux ruelles colorées et agitées, le pays nous a surpris tout au long de notre séjour. Attention au choc culturel!

Informations

Capitale: New Delhi

Langues officielles: Hindi, Anglais et les langues officielles de chaque état

Superficie totale : 3 287 000 km² (environ 5 fois plus grand que la France)

Population totale : 1 277 800 000 habitants (2ème population mondiale)

Devise : Roupie Indienne (1 € = 73,5 Roupies)

Un sous-continent !

Premier pays en Asie lors de notre voyage, le sous-continent indien offre énormément de choses à découvrir. Aucune de nos précédentes destinations n’est similaire à l’Inde et nos débuts ont été bien plus difficiles que d’ordinaire. Une chose est sûre : on peut dire que certaines facettes du pays nous ont séduites autant que d’autres nous ont paru désagréables…

Mais qu’avons-nous fait en Inde?

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

Carte Inde

Eh oui, pas facile de se retrouver sur notre carte car en un mois nous avons visité beaucoup de sites en Inde. Nous souhaitions découvrir l’ambiance tranquille du Sud du pays ainsi que les incontournables du Nord. Cliquez sur la carte afin de suivre notre périple point par point.

New Delhi

Comme d’habitude à notre arrivée, nous choisissons d’être hébergés chez un local grâce au site couchsurfing. Naveen, qui habite New Delhi, nous a ouvert les portes de sa maison et de sa culture. Son aide a alors été plus que précieuse dans ce pays où tout est si différent pour nous, européens. Par exemple, grâce à lui, obtenir une carte SIM ne nous a pris « que » 12 heures.

Dès les premiers jours et après avoir établi notre parcours dans le pays, nous jouons de malchance avec l’achat de billets d’avion internes : un premier billet qui s’annule, les prix qui augmentent, un second qui capote car la connexion Internet fait des siennes au moment de payer. Au final, notre périple dans le Sud s’annonce plus cher que prévu.

Heureusement, grâce aux conseils de Naveen et aux bons petits plats de sa femme Niloo, on profite tout de même de Delhi et on s’initie à la délicieuse cuisine indienne. On goûte notamment nos premiers lassis (yaourt frais à boire), naans (pains cuits au four) et autres spécialités.

Avec comme moyen de locomotion le métro climatisé de Delhi (la clim est bienvenue tellement il fait chaud!), nous découvrons les sites touristiques du Fort Rouge, de la tombe d’Humayum, du jardin de Lodi, les ruelles des bazars et le minaret de Qutub Minar (le plus haut d’Inde et le 3ème plus haut du monde !).

Durant ces premiers jours, nous sommes surpris par la densité de sites historiques et religieux que comporte la capitale. Nous y trouvons également des religions méconnues jusqu’à lors (hindouïsme, bouddhisme, jaïnisme et même le culte gourou !) dont les différents temples rivalisent de beauté. Malgré la force des croyances de chacun, tout ce monde cohabite parfaitement au milieu des offrandes et des odeurs d’encens.

Alleppey

Après ces quelques jours passés à Delhi, nous nous envolons pour le Sud du pays : direction les marais de la région du Kerala. Là, nos ennuis continuent. Nous réalisons tout d’abord que le circuit prévu dans le Sud n’est pas réalisable car il n’y a pas de transport assez rapide pour relier les différents points. Par ailleurs, les bus et trains sont bondés car  l’Inde est en pleine période de festivités et l’ensemble de sa population voyage. De plus, un de nos billets d’avion est modifié et nécessite une confirmation de notre part sous peine d’annulation sans remboursement (sans avoir accès à Internet). Pour couronner le tout, les uniques chaussures d’Alix sont mangées par un chien durant la nuit car ces dernières ne sont pas autorisées dans les logements et sont restées dehors (sur vingt paires de chaussures alignées, il a choisi les siennes… Une vengeance contre la vétérinaire ?!)

Toutes ces péripéties ne nous empêchent pas de découvrir les marais du Kérala, beauté de la région. Des centaines de canaux reliés entre eux, séparant des rizières et villages éloignés. Parfait pour se perdre le temps d’une journée en canoë à la découverte des plus petits canaux. Avec une ambiance aussi reposante, on oublie vite nos ennuis!

Fort Cochin

La visite du Sud se poursuit avec Fort Cochin, une charmante ville coloniale (Vasco de Gama y est décédé). Nous en profitons pour nous promener dans les ruelles tranquilles de la ville, visiter les églises et découvrir l’ingénieux système de pêche des carrelets chinois : un grand filet tendu entre deux immenses bambous est plongé dans l’eau à l’aide d’une poulie puis remonte les poissons.

Palolem

Après le sud du pays, nous remontons vers l’état de Goa connu pour abriter les plus belles plages du pays. Pour y arriver, nous voyageons en train de nuit avec les locaux ; quelle expérience ! Chaque compartiment contient 8 couchettes que l’on déplie pour dormir. Cela ressemble plus à des étagères qu’à de vrais lits et les rats nous passent entre les jambes mais l’ambiance familiale et détendue nous met vite à l’aise. Belles rencontres garanties !

Arrivés à Palolem, nous constatons que les prix de ce paradis où les touristes du monde entier se retrouvent sont élevés. Goa, connue des hippies des 70’s pour être un endroit pas cher et tranquille a décidément bien changé. Aujourd’hui, ce sont les touristes indiens (sans leur femme) et les russes qui ont investi les lieux et les prix s’en ressentent.

Cela ne nous empêche pas de passer de bons moments. Les paysages sont vraiment beaux et le programme plutôt agréable : marche le long des plages, baignades et cours de cuisine.

Astuce : La cuisine goanaise est réputée dans tout l’Inde pour ses épices et ses saveurs. Nous avons testé pour vous les cours de cuisine de Rahul à Palolem. C’est un ancien chef reconverti en professeur qui vous apprendra tous les secrets des épices. Avec lui, nous avons cuisiné 5 plats différents durant 3 heures suivis d’une dégustation de nos travaux pratiques. Fortement recommandé!

Panjim

Capitale de la région de Goa, Panjim reflète aujourd’hui encore ses origines de colonie portugaise (certains aînés y parlent encore la langue). Malheureusement, Alix n’en profitera pas vraiment puisqu’une fièvre la cloue au lit durant 2 jours. Yannick s’y promène tout de même un peu et visite les immenses églises alentours.

Astuce : Puisque les casinos sont  interdits en Inde, des propriétaires de bateaux de Panjim ont décidé de transformer leur embarcation en casinos flottants. Ces derniers sont nationalement réputés et proposent des virées sur le fleuve avec jetons, nourriture et boissons comprises. Alors pourquoi ne pas se laisser tenter ?

New Delhi (2ème manche)

Après notre escapade dans le Sud du pays, il est presque temps pour nous de rejoindre Laure et Guillaume, nos amis venus de France pour découvrir le Rajasthan. Puisque nous avons encore quelques heures devant nous, nous continuons de découvrir la ville de New Delhi qui nous séduit toujours autant. Nous visitons le temple du Lotus, la Porte de l’Inde et le Palais présidentiel qui lui fait face, ainsi que quelques vestiges situés autour de chez Naveen, notre couchsurfer.

Afin d’être plus efficaces dans nos déplacements et pour plus de confort, nos amis nous convainquent de louer les services d’un chauffeur. Quelle bonne idée ! Ainsi, pas de stress de transport en commun, plus d’étapes au programme et surtout une grande liberté. C’est donc avec plaisir que nous retrouvons Laure et Guillaume dans leur hôtel à Delhi pour débuter notre road trip !

Astuce : Pas facile de s’engager dans une location de voiture en Inde. Tout d’abord, un chauffeur est obligatoire (ce qui augmente le prix), de plus les agences sont très nombreuses et enfin les arnaques aussi ! Nous avons choisi l’agence Indian Highlights Tour qui fait preuve de sérieux depuis plusieurs années et nous vous la recommandons sans hésiter. Kem saura vous conseiller pour vos itinéraires et votre budget. n’hésitez pas à le contacter à l’adresse e-mail suivante.

Mandawa

Après une journée de voiture, notre première étape est la petite ville de Mandawa, connue pour ses Havelis. Ce sont de vieilles maisons de riches familles de commerçants ayant fait fortune à l’époque de la route de la soie. Leur particularité : les façades et murs intérieurs sont décorés de peintures colorées illustrant la vie des habitants de la région. Aujourd’hui ces maisons ont été délaissées par leurs propriétaires et ont été transformées en hôtels, banques ou bâtiments administratifs.

En ville, l’ambiance est détendue et accueillante. On se fait même inviter chez la famille de Krishna, le réceptionniste de l’hôtel. Nous passons une soirée inoubliable à danser, manger à la manière traditionnelle (assis par terre, avec les doigts et dans une assiette commune), rigoler et prendre des photos !

Bikaner

Peu avant la ville de Bikaner, nous souhaitons visiter le temple des rats où ces derniers sont nombreux et vénérés. « Malheureusement », nous sommes au début d’une période de festivités religieuses de 9 jours. Aussi, des milliers d’indiens sont présentes sur place et il faudrait plusieurs heures pour accéder au temple. Nous abandonnons donc l’idée mais cette étape permet à nos amis de gouter leur premier bain de foule en Inde et d’être sollicités pour les premiers selfies. En effet, il faut savoir qu’en Inde les touristes sont pris d’assaut par les locaux pour se prendre avec eux en photo !

Bikaner est situé en plein désert du Rajasthan. C’est l’occasion pour nous de passer une nuit exceptionnelle dans le désert à la belle étoile après un safari à dos de chameaux et un délicieux repas entre amis.

Astuce : De nombreux safaris à dos de chameaux sont proposés à Jaisalmer. Cependant si vous êtes intéressés par cette activité, il peut être plus intéressant de la réaliser à Bikaner qui est moins touristique. Excellente soirée entre amis garantie !

Le lendemain, Alix tombe de nouveau malade. Nous décidons alors de profiter de cette ville une journée de plus afin qu’elle puisse se reposer à l’hôtel. Laure, Guillaume et Yannick visitent alors le fort de Bikaner dont la citadelle qui fait un kilomètre de circonférence abrite le palais du Maharaja tout en grès rouge et en marbre.

Jaisalmer

Le lendemain, nous reprenons la route en direction de Jaisalmer, la ville dorée. Nous y trouvons un logement pas cher mais dont les propriétaires sont adorables et nous conseillent parfaitement. Le plus : la vue depuis la terrasse sur le toit est magnifique. De là, nous apercevons la forteresse abritant la vieille ville et le palais du Maharaja qui se situe sur la colline en face.

Nous découvrons cette jolie ville aux ambiances des « Milles et une Nuits » avec ses petites ruelles étroites (pleines de scooters et de vaches sacrées), ses maisons de grès jaune avec les toits aménagés en terrasse, Il y a beaucoup d’animation dans cette ville, d’autant plus que les festivités religieuses continuent. Nous sommes également stupéfaits par le détail des sculptures sur les belles et grandes maisons.

Nous adorons parcourir la ville de jour, de nuit et au lever du soleil afin de profiter des lumières différentes se réfléchissant sur la ville et le fort.

Avant de quitter la ville, nous passons par le lac de Jaisalmer, grouillant de poissons-chats. En effet, les poissons y sont sacrés et il est interdit de les pêcher. Au contraire, les habitants viennent ici les nourrir avec du pain pour bénéficier d’un bon karma!

Jodhpur

A Jodhpur, les ruelles sont trop étroites pour y circuler avec notre voiture. Nous nous entassons donc à 4 avec nos gros sacs dans un rickshaw (le tuk-tuk en Inde) afin de se rendre dans un petit hôtel situé dans un quartier calme de la ville. Une nouvelle fois, nous bénéficions d’un toit terrasse (hé oui encore !) qui donne sur la ville bleue et son fort.

Nous traversons la vieille ville à pied et nous grimpons jusqu’en haut de la colline qui abrite le fort et son palais. D’ici, la vue sur la ville aux maisons bleu-ciel est époustouflante et la balade sur les remparts a quelque chose de magique.

Plus tard, alors que nous déambulons dans la vieille ville, nous observons nos premiers singes d’Inde. Devenus citadins au fil des générations, ils profitent que la chaleur soit passée pour se déplacer, chercher de la nourriture (comme ils sont sacrés ils sont parfois nourris par les habitants), sauter de toits en toits et jouer.

Le lendemain, avant de reprendre la route, nous découvrons le bazar de Jodhpur et nous en profitons pour acheter quelques épices qui font la réputation de la ville.

Udaipur

Sur le chemin d’Udaipur, nous nous arrêtons au temple de Ranakpur qui est un des 5 lieux saints de la religion Jain. Cet édifice est entièrement réalisé en marbre et les détails des colonnes, statues et des murs sont fascinants.

Astuce : Pour visiter un temple, il faut toujours retirer ses chaussures à l’entrée et avoir les jambes et les bras couverts. Prévoir des tongs qui ne craignent pas d’être perdues, et une écharpe pour couvrir les bras.

Une fois arrivés à Udaipur, nous sommes encore une fois émerveillés devant la vue depuis la terrasse de notre hôtel : on peut voir le palais et la vieille ville qui surplombe le lac.

Pour terminer la journée en beauté, nous faisons le tour du lac en bateau au coucher du soleil. Des hôtels de luxe sont dispersés tout autour du lac, plus somptueux les uns que les autres. Le lendemain, nous visitons le palais ; un vrai labyrinthe regroupant des meubles d’époque, de vieilles armures, et des habits royaux. Le soir, place au champagne ! Nous trinquons avec Laure et Guillaume qui nous ont ramené une bouteille. Ca faisait longtemps !

Astuce : La location de bateau à Udaipur est chère car très prisée, et le meilleur moment pour faire un tour est le coucher du soleil. Nous vous recommandons d’acheter vos billets directement au bord du lac plutôt qu’à l’agence gouvernementale installée à côté du palais, c’est presque le double du prix !

Bundi

Bundi est une ville paisible installée au bord d’un petit lac et surplombée par un fort et la montabne. Seuls les macaques viennent perturber la tranquillité des habitants à tel point que les portes et fenêtres sont barricadées pour les empêcher de rentrer. Le fort n’étant pas restauré, nous nous baladons comme si nous étions les premiers à le découvrir. Chauves-souris et singes ont investi les lieux et tout cela confère une atmosphère particulière à Bundi qui a d’ailleurs beaucoup inspiré l’écrivain Kipling.

Jaipur

Sur la route de Jaipur, nous faisons halte au fort d’Amber. Malgré la multitude de forts déjà vus, nous sommes encore une fois émerveillés devant la grandeur de cette construction et le savant mélange de couleurs, entre grès et marbre. Des charmeurs de serpents attirent les visiteurs aux alentours du fort.

Jaipur, la capitale du Rajasthan est aussi appelée « ville rose ». C’est une submersion d’odeurs, de couleurs et de sons : nous traversons les bazars, goûtons quelques plats savoureux et admirons la façade rosée aux 953 fenêtres du Palais des Vents (on ne les a pas compté, rassurez-vous).

Astuce : Pour profiter au mieux des ambiances de la ville, nous vous conseillons de vous perdre dans les bazars le soir tandis que pour admirer le Palais des Vents et autres édifices roses, il vaut mieux y aller en début de matinée, quand la lumière est douce.

Agra

Entre Jaipur et Agra, de nombreux édifices méritent le détour. Nous visitons tout d’abord un Baori (ou Baoli); c’est un énorme puits sacré entouré d’étroits escaliers dans lequel les habitants venaient pour se laver, se purifier, ou puiser de l’eau.

Plus loin sur la route, nous nous arrêtons au Temple des Singes. Le lieu est animé par les locaux venus pour se purifier dans les bassins ainsi que les macaques qui se baignent eux aussi dans un bassin qui semble leur être attitré. Une véritable colonie de singes habite dans le temple et la montagne à côté et cohabite paisiblement avec les hommes.

Enfin, nous faisons une dernière halte à Fatehpur Sikri dont le palais datant du 16ème siècle est parfaitement conservé. On s’y croirait ! A côté, le Jama Masjid est le centre sacré : nous somme ébahis par la beauté de sa mosquée, la Sublime porte de 40 mètres de haut et la dentelle de marbre qui entoure le mausolée.

Aller en Inde sans voir le Taj Mahal ? Impossible. C’est pourquoi nous nous rendons à Agra et visitons le Taj Mahal à l’aube. Cette merveille architecturale a hissé la ville d’Agra au rang de ville la plus touristique d’Inde. Les prix et l’afflux de visiteurs s’en font ressentir mais cela n’enlève pas de la magie du lieu.  Ce tombeau, construit au 17ème siècle comme preuve d’amour de l’empereur Shah Jahan pour son épouse décédée, a requis 22 ans de travaux et 20 000 artisans. Fait de marbre, d’or et de pierres précieuses, le Taj Mahal est juste époustouflant !

Astuce : La lumière sur le Taj Mahal est très belle au lever du soleil et en fin d’après-midi. Idéal pour les photos !

Varanasi

Pour rejoindre Varanasi, nous empruntons tous les quatre un train de nuit. Laure et Guillaume découvrent rapidement les avantages et inconvénients de ce moyen de transport: un « petit » retard de 7 heures, un confort rustique mais quel moment de partage avec les locaux.

A Varanasi, nous logeons dans une guesthouse familiale proche du Gange. Une fois sur le toit, la vue à 360° est à couper le souffle: d’un côté la rivière sacrée et son animation, de l’autre des centaines de cerf-volants sur fond de soleil couchant et tout ça au milieu des macaques qui ont investi les toits de la ville.

Nous profitons des bords du Gange où chaque soir est célébré un rituel hindou en l’honneur de la déesse Ganga. Locaux et touristes se mèlent devant le spectacle de feu et d’encens. Au petit matin, nous admirons le lever du soleil et la ville qui s’anime depuis une petite barque. Les gens méditent, se purifient et lavent leur linge dans l’eau sacrée. Un peu plus loin, nous découvrons une coutume très importante pour les hindous: la crémation pour atteindre le Nirvana. Le Mani Karnika ghat à Varanasi est le site le plus sacré de tout le sous-continent. Y être incinéré signifie pour le défunt la fin du cycle des réincarnations. Des crémations ont lieu nuits et jours sur des dizaines de bûchers.

C’est dans ce lieu hautement sacré que nous terminons l’Inde avec Laure et Guillaume. Que de souvenirs et d’images resteront gravées!

« Namaskâr, India »!

Se traduit par « Au revoir, Inde » en Hindi

Tous les problèmes rencontrés au début du séjour en Inde (et oui il fallait bien que cela nous arrive un moment donné) ont vite été effacés par la culture Indienne, les sites historiques, les couleurs et senteurs des villes visitées et surtout les retrouvailles avec nos amis. Nous ne sommes pas prêts d’oublier ce mois passé en Inde. C’est définitivement un voyage qui marque à jamais.

Ce qu’elle a aimé : Les forts et palais rougeoyants au lever ou coucher du soleil, faire un road trip entre amis, manger uniquement végétarien sans s’en rendre compte (tellement c’est bon!).

Ce qu’il a aimé : Négocier chaque achat avec le vendeur mais toujours dans la bonne humeur, la surprise de couleurs et de saveurs à chaque nouveau plat indien goûté, les différences culturelles au quotidien.

Eviter les mauvaises surprises : Faire extrêmement attention à l’eau et la nourriture en Inde. Plus qu’ailleurs, il est facile d’avoir une sérieuse tourista !

Insolite : En Inde, le cerf-volant est un jeu très populaire. Les amateurs, installés sur leur terrasse respective, se livrent même à des combats de cerfs-volants. Armés de ficelles saupoudrées de verre, le but est alors de décrocher le cerf-volant de son adversaire en s’enroulant autour de lui pour couper sa ficelle.

Un plat qui vaut le détour : Le thali est un assortiment de plats servis dans de petits récipients ou sur une feuille de bananier. Ce repas est généralement peu cher et nourrissant et est composé de riz, de pain, un chutney, du dal (lentilles), des légumes, et parfois de viande ou de poisson.

Une musique du pays : Écrite en 2008, le titre « Jai Ho » de A. R. Rahman du film « Slumdog millionaire » reflète la musique indienne actuelle. Nous vous conseillons fortement ce film!

icon-car.pngKML-LogoFullscreen-LogoQR-code-logoGeoJSON-LogoGeoRSS-LogoWikitude-Logo
Inde

chargement de la carte - veuillez patienter...

Inde 28.613939, 77.209021

Toutes nos photos ne sont pas sur l’article. Découvrez-les toutes en cliquant sur le lien suivant.

De manière générale :

  • La cuisine indienne est réputée pour ses plats très épicés. Il faut donc demander les plats « non spicy » (qui seront de toute manière beaucoup plus épicés que ce dont vous avez l’habitude !) et ABSOLUMENT éviter d’avaler de travers, car cela pourrait vous être fatal :) . Néanmoins, on s’habitue très vite aux saveurs épicées (et on y prend goût!) et rapidement on peut manger des plats « spicy ».
  • Ne pas boire une bouteille au goulot quand elle est partagée (mais la verser au dessus de sa bouche)… Cela mérite un peu d’entrainement !
  • Dans les restaurants locaux et chez l’habitant, on mange avec les doigts (exclusivement de la main droite). Pour cela, faire une petite boulette de riz et de sauce que l’on prend du bout des doigts comme une cuillère et pousser le tout dans la bouche à l’aide du pouce.
  • Il n’est pas malpoli de roter à la fin du repas ou de lécher ses doigts ; ce sont les signes que le repas était copieux et bon.
  • Les végétariens n’auront aucun mal à trouver leur bonheur dans les restaurants ; au contraire, les amateurs de viande devront laisser de côté leurs habitudes car les plats « non veg » sont plus rares et plus chers.
  • En ville, les rues peuvent être très sales (déchets, égouts, bouses de vaches, etc.). Prévoyez des chaussures qui ne craignent pas.
  • Prévoyez des tenues vestimentaires amples et couvrantes, en particulier pour les femmes. Les jambes et les épaules (voire les bras) doivent être couvertes. Mieux encore, acheter un habit traditionnel (sari ou tunique) à votre arrivée.
  • Entre amis, on se dit pas « s’il-te-plait » ou « merci », ne soyez pas surpris.
  • Dans le sud du pays, les habitants sont généralement plus calmes et les villes plus paisibles. Il est donc recommandé de commencer son voyage par cette partie du pays avant de se lancer dans l’ambiance grouillante du nord.
  • En Inde, vous aurez l’impression d’être une star: les gens dans la rue vous prendront en photo et vous regarderont fixement. Ne vous offusquez pas.
  • Pour une femme, voyager seule peut-être difficile. Certains comportements masculins sont tout à fait déplacés; alors ne vous laissez pas faire.
  • Tout se marchande, absolument tout.
  • Trains et bus sont des moyens de transport très peu chers et relient tous les coins du pays (plus ou moins directement…). Cependant, armez-vous de patience car les retards et pannes sont nombreux (surtout en bus) et les trajets souvent très longs.
  • Acheter un billet de train ou de bus relève souvent du casse-tête. Entre les différentes classes, les multiples gares et les quotas de réservation, le plus simple (mais un peu plus cher) est de passer par une agence.

Des questions ? N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact.

Un grand merci à : Notre couchsurfer de New Delhi Naveen et sa gentille famille, nos amis La Roll et Guigui sans qui ce séjour n’aurait jamais été aussi bien, Krishna et sa famille pour cette soirée inoubliable à Mandawa.

En bonus

Une vieille légende hindoue raconte qu’il fut un temps où les hommes étaient des dieux. Comme ils abusèrent de ce pouvoir, Brahma, le maître des dieux, décida de le leur retirer et de le cacher dans un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Oui, mais où ?

Brahma convoqua en conseil les dieux mineurs pour résoudre ce problème.

– Enterrons la divinité de l’homme, proposèrent-ils.

Mais Brahma répondit :

– Cela ne suffit pas, car l’homme creusera et trouvera.

Les dieux répliquèrent :

– Dans ce cas, cachons-la tout au fond des océans.

Mais Brahma répondit :

– Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de l’océan. Il finira par la trouver et la remonter à la surface.

Alors, les dieux dirent :

– Nous ne savons pas où la cacher, car il ne semble pas exister sur terre ou sous la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour.

Mais Brahma répondit :

– Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher.

Et depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme explore, escalade, plonge et creuse, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

Prologue de l’œuvre de Régis Airault, « Fous de l’Inde, délires d’occidentaux et sentiments océanique »

 

4 Commentaires

  1. Salut c’est Étienne,

    Je n’ai pas tout lu mais j’en est déjà l’eau à la bouche… Je me pencherai plus longuement dessus un autre jour !
    Vôtre ici est vraiment pas mal. On voit qui à du travail, et j’imagine bien le temps que cela doit vous prendre mais ca en vaut le coup :-).
    Mon blog « plus personnel » au passage : http://www.traveletoz1.wordpress.com

    Bonne continuation à vous

    • Salut Etienne!
      Désolé pour le temps de latence mais tu connais les aléas d’une bonne connexion Internet en voyage.
      Ca y est, tu as pu passer la frontière et arriver en Inde?
      Si tu as des questions sur notre article, n’hésite pas à nous envoyer un message auquel nous répondrons avec plaisir.
      Bon voyage et à une prochaine.

      Alix et Yannick

  2. Magnifique reportage aussi prenant qu’un Coben ou Musso … on en commence la découverte sans pouvoir décrocher ! D’ailleurs pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?
    Reportage rempli de rebondissements (billets qui se modifient tout seul ou qui s’annulent si …), rempli de couleurs et folklores locaux, de gigantisme, d’authenticité … un vrai plaisir, merci pour ce partage d’aventures à faire … avant de partir !
    Un joyeux réveillon du 1er janvier à vous deux !
    Bisous Réunionnais

Laisser un commentaire

© 2019 365 Aventures

Theme by Anders NorenUp ↑

Translate »